Travailler dans les pommes

 

Cela fait maintenant 5 semaines que nous avons quitté le vignoble. Nous avons terminé le lundi soir et avons commencé à travailler dans un verger le mardi matin dans la même ville.

Tout est top, le loyer est de 40$/semaine et avec ça nous avons accès à internet, la douche, les WC, un salon et une cuisine. On dort dans notre van et si l’on compare avec ce que l’on payait avant, c’est carrément cadeau!

Notre 1ère tache le mardi matin était d’arracher le surplus de pommes qui se trouvait au dessus de nos têtes sur de jeunes pommiers. Le patron nous a dit de ne pas faire ça toute la journée! On a vite comprit pourquoi! On passe par toutes les étapes, on tend les bras, se met sur la pointe des pieds, lève la tête, on s’étire un peu, le soleil nous aveugle s’il est de face, on re-lève la tête puis on s’étire un peu plus en tendant les bras, on se re-met sur la pointe des pieds et finalement on ne lève même plus la tête parce que les trapèzes et la nuque brulent tellement que c’est le seul confort que le trouve, on s’étire et on continue….Génial hein!?

Quand c’est mouillé dans les pommiers, nous aussi!

 

Pendant 5 jours on a fait ça quelques heures tous les jours et quand on ne faisait pas ça, on enlevait le

 surplus de pommes sur des pommiers de taille normal. Certains font le haut sur des échelles, nous on faisait le bas. Nous avons également eut « la chance » de faire des pommiers en entier sur de longues rangées interminables. On fait le bas sur plusieurs baies et après on prend l’échelle et on fait le haut. Je crois que c’est le boulot le plus chiant que j’ai fait dans toute ma vie! C’est d’un soporifique! Vous avez pas idée, avec Flo on s’ennuyait tellement qu’on arrivait même pas à aller vite pour se donner de la motivation. Bref, ça n’a duré qu’une semaine heureusement! Mais certains étaient là depuis plusieurs semaines à faire la même chose tous les jours dès fois 10h/jour!!! Un couple d’américains a fait ça pendant 20 jours de suite sans congé…………………Chapeau bas franchement, on aurait craqué avant nous je pense! On a fait 12 jours d’affilé ici depuis que l’on est arrivé et franchement la fatigue physique et mentale se fait sentir (quand on commence à rire de « occupe toi de tes pommes » c’est que c’est le moment de s’arrêter).

Un de nos job, et pas des moindres, le piiiiiire de tout ce qu’on a fait….c’était d’enlever le surplus de pommes ET attacher la pointe de l’arbre avec un élastique (d’une manière bien précise) dans 2 blocs de jeunes arbres. Donc, après avoir enlevé les pommes en bas, on monte sur l’échelle et enlève les pommes en haut et on attache la pointe, on descend de l’échelle et on recommence encore et encore et encore et encore. Il y a plus ou moins 75 arbres par rangée (24 rangées en tout, ça en fait des échelles à monter et descendre) et on en fait plus ou moins 3 chacun par jour, jamais plus. Tout cela avec le chef qui vient une ou deux fois par jour pour nous donner des trucs pour aller plus vite. C’est interminable. Flo vous dira toujours que c’est mieux que les ménages..moi pas! Enfin y a de quoi discuter là.

J’avoue qu’on arrive gentiment au bout de ce qu’on peut supporter…la fin se rapprochant, on est toujours moins patients. D’ailleurs au moment où je vous écrit on a du mal à croire que demain c’est terminé.

Sinon, le boss nous a aussi donné la tâche du « summer prunning », l’élagage d’été qui consiste à arracher les branches de l’arbre qui ne poussent pas dans le bon axe. Passionnant direz-vous, en tout cas toujours plus que ces élastiques de M*****. Enfin c’est ce qu’on se dit les premières heures…et après on oublie et puis quand on retourne à nos élastiques, on est heureux une heure et après on se dit que tout est absolument affreux! Y a pas un boulo pour rattraper l’autre.

On a eu droit à 2 autres nouveaux jobs. Le premier consistait à attacher des bâches blanches installées entre les arbres pour refléter le soleil. Là où ça devient moins sympa c’est qu’il y a des élastiques coincés à la base du pommier et nous on va à 4 pattes pour faire passer un crochet dans l’élastique qui dans la bâche. Ca fait les fessiers et les cuisses, C’EST GENIAL! Mais le top du top c’est quand le soleil fait sont apparition, alors là on rôti comme des poulets, pas de vent, du soleil, effort physique répété, on a finit cassé! MAIS, ça changeait de ce qu’on faisait d’habitude.

Et enfin le dernier job, « le plus plaisant » mais toujours pas le plus passionnant, mettre des ficelles comme tuteur pour des branches qui doivent rester dans un axe. Bon ça vous parle pas mais c’est un boulo qui est OK comparé au reste. Plus qu’un jour et nous serons ENFIN en vacances.

Nous avons eu beaucoup de chance de trouver ce travail et même si j’insiste beaucoup sur le fait que c’était franchement désagréable, nous sommes vraiment reconnaissants d’avoir pu travailler presque jusqu’au bout et d’avoir pu travailler ensemble sans aucun autre backpackers.

Cela dit, je pense que la chose à retenir ici c’est qu’un pommier c’est bien, un verger c’est trop!

 

A très vite

Petit bonus:

Pour ceux qui nous ont régulièrement au téléphone, vous le savez déjà, mais pour les autres, nous avons eu beaucoup de mal avec le soleil qui est ici bien plus fort que chez nous. Crème solaire +50, le 98% du temps, en pantalon et chemise. Flo mettait des shorts quand il faisait trop chaud (pas celui de la photo plus bas)) Cela nous a permis d’avoir un bronzage de toute beauté! On a être magnifique à la plage!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s